Nice

Un an après la mise en place des pistes cyclables au port de Nice, certains habitants toujours opposés

Notez cet article


Printemps 2020, la mairie de Nice expérimentait de nouvelles pistes cyclables notamment dans le quartier du Port. Le bilan un an après est mitigé. Pour les habitants, le constat est toujours le même, « invivable pour les automobilistes », « peu d’utilisateurs à vélo »…

Ces pistes ont été mises en place « dans l’objectif de développer l’usage du vélo sur le territoire niçois et de promouvoir un moyen de transport écologique permettant de garantir les mesures de distanciation nécessaires dans la lutte contre la COVID19 » selon la Métropole. Elles ont fait le bonheur des cyclistes, mais n’ont pas séduit tous les Métropolitains. 

Cette piste dite du port est désormais pérenne tout comme le maintien d’une voie de circulation dans un sens du Port à la Promenade des Anglais. La ville nous a précisé qu’un aménagement définitif, est actuellement à l’étude par les services de la Métropole sera réalisé d’ici 2025.

Plus de pollution ? 

L’une des premières conséquences était la fermeture d’un sens de circulation, d’Ouest en Est. Pour le président du comité de quartier du Port, la pollution n’en est que plus grande : »Il faut voir les embouteillages que ça créé dans la rue Barla, on supprime les parkings, les gens tournent longtemps pour trouver une place ! C’est aberrant » explique Jean-Michel Bidart. 

Du côté des associations, on se réjouit des nouvelles politiques de la métropole, même si certains « arbitrages » ont surpris.

Pour Mélanie Graf, membre du conseil d’administration de Nice à vélo : »c’est vrai qu’il y a avait déjà une piste, mais aucun balisage, juste de la peinture au sol, il y a toujours des collisions avec les piétons, qui bien sûr ne s’attendaient pas en se baladant à devoir laisser du terrain. »

La pollution sur Barla ? « C’est une question de phase de transition, il faut amorcer un changement de pensée ».

Quand j’ai commencé à l’utiliser, je me suis dit : »mais quel bonheur ! » C’est au final extrêmement bénéfique, je comprends le désarroi des automobilistes qui ne peuvent plus passer par la chaussée sud. Cette partie de Rauba Capeu gagne vraiment en tranquillité !

Mélanie Graf, association Nice à vélo.

Peu utilisée ? 

Autre contre-argument au maintien de la piste : »On voit bien que c’est le vide sidéral, elle n’est pratiquement pas utilisée ! C’était bien suffisant sur le trottoir, et le pire ? C’est qu’elle ne mène nulle part ! Elle s’arrête nette sur la place Ile de beauté! » continue Jean-Michel Bidart. 

Selon le comité de quartier du Port la piste n'est que très peu utilisée.

Selon le comité de quartier du Port la piste n’est que très peu utilisée.

© Jean-Michel Bidart.

A ce jour, 20 compteurs automatiques dont deux compteurs « totem » affichent pour les usagers, le nombre de passages journaliers et le cumul annuel des trajets à vélo.

Pour Mélanie Graf, l’argument ne tient pas. « Ça vaudrait le coup de mettre une borne de comptage, les cyclistes sur la Prom’ continuent sur le port, on ne se rend pas compte du nombre de cyclistes, comme du nombre de voitures » déclare-t-elle.

Pas de borne au port mais bien sur la Prom’. Selon la mairie, « la Promenade des Anglais est le point de passage le plus important avec, en moyenne, plus de 4.000 passages journaliers depuis mai 2020 et soit près de 50% de plus par rapport aux relevés enregistrés avant mars 2020. »

Sur la bonne piste ?

L’aménagement, censé être expérimental « post-confinement » pourrait durer dans le temps notamment pour remplir les objectifs de la Métropole. Un bon point pour Nice à vélo qui accorde à la Métropole la volonté d’augmenter la part modale vélo en proposant notamment des aides aux financements. Concernant la piste du port, les habitants par la voix de leur président du comité de quartier attendent son démantèlement.

Elle a été faite dans la nuit, sans concertation en début de crise de la covid, sous prétexte de pandémie. L’arrêté du préfet est constitué pour la période d’état urgence sanitaire, si on est à la fin, je voudrais bien savoir ce que va faire M. le préfet. Son arrêté serait caduc et n’a pas apporté pas grand-chose pour la lutte contre la pandémie, vu les taux d’incidences record que l’on a eu à Nice.

Jean-Michel Bidart, président du comité de quartier du Port.

Le président poursuit : « je croyais que c’était pour permettre aux gens de se déplacer quotidiennement. Mais, on se rend compte que la Métropole Nice Côte d’Azur se met juste à la mode, il faut en mettre en peu de partout (des pistes cyclables) pour récupérer un électorat! » s’exclame-t-il.

En 2020, le comité de quartier avait porté l’affaire devant la justice, qui avait rejeté la demande de suppression de la piste. Le comité a fait appel, affaire à suivre…

Avis foncièrement différent pour les défenseurs de la bicyclette : »bien sûr, on aimerait la garder, mais on est aussi favorables à des réaménagements. On aimerait surtout qu’elle ne se termine pas comme ça ! La continuité d’une voie verte Nice-Monaco est très attendue. »

Une continuité très attendue, comme plus d’axes Nord-Sud dans la ville.

Aucune piste n’est descendante, des quartiers entiers ne sont pas desservis, on attend depuis longtemps la piste qui doit suivre la nouvelle ligne de tramway provenant de la Trinité, elle desservirait tout l’est de Nice ! Sur le boulevard Grosso aussi qui dessert beaucoup de lycées, il n’y a rien, quel dommage! On prive des lycéens de prendre des habitudes positives.

Mélanie Graf, association Nice à vélo.

Le plan vélo 2021-2026 constitué par la Métropole est doté d’une enveloppe de 20 millions d’euros. L’objectif, créer 160 kilomètres d’aménagements supplémentaires, dont 75 km à Nice, et d’atteindre ainsi 10% de part modale vélo.

Ça peut paraître beaucoup, mais sur six ans ça parait peu quand on voit qu’il a fallu 8 millions pour aménager celle du boulevard Gambetta, les aménagements cyclables ça coûte cher alors on est inquiets »

Mélanie Graf, association Nice à vélo.

« Les choses changent »

Pour l’association qui organise régulièrement des événements en faveur de la petite reine, les mentalités évoluent dans la bonne direction. « Il faut se fixer des objectifs ambitieux pour réduire la pollution. On est obligé de passer par des choix radicaux. Mais pour changer durablement les habitudes, il faut penser à un vrai maillage. On a vraiment l’impression que les choses commencent à changer ».

D’autres sont plus inquiets, Jean-Michel Bidart rappelle la réalité du trafic : »on va arriver en été avec les liaisons en bateaux qui vont reprendre. Tous ces véhicules qui embarquent vers la Corse et l’Italie, par où vont-ils transiter ? On dépollue la Prom » pour polluer encore plus le centre-ville. » Et fait part d’attentes de longue date; les parkings. 

Sous Peyrat on en parlait déjà, ça fait 30 ans qu’on réclame un parking sous la place Ile de Beauté. On nous l’avait promis. On a l’impression que la Métropole se fiche que les Niçois aient du mal à se déplacer. On ne peut pas tout faire à vélo, il ne faut pas croire que les voitures vont disparaître comme ça. 

Jean-Michel Bidart, président du comité de quartier du Port.

Selon les services de la Métropole, « le vélo est aujourd’hui systématiquement intégré à tous les projets d’aménagement, à l’image des axes Paul Montel-Simone Veil et de la place Île de Beauté dans le cadre de l’arrivée des lignes 2 et 3 de tramway. » En 2021, un budget de 100.000 € sera déployé afin de rénover l’ensemble des aménagements existants, et d’ajouter « ceci dans un souci d’assurer la sécurité des cyclistes. Ce budget sera reconduit chaque année afin d’assurer une qualité sur les aménagements en place. »

Dans le plan vélo, 30 kilomètres supplémentaires sont annoncés sur la Métropole : 

  • Une nouvelle liaison cyclable entre Nice et Monaco sur le maximum de linéaires possibles et notamment jusqu’à Villefranche-sur-Mer d’ici l’été 2021. 
  • Une nouvelle liaison cyclable entre Nice et le Pont de la Manda, à Carros, en rive gauche du Var avec notamment la reprise du tronçon menant à Saint-Isidore dès 2021.
  • L’aménagement d’une piste sécurisée dans la Vallée du Paillon pour connecter La Trinité à l’Est de Nice pour 2022-2023.
  • Un aménagement permettant de relier Vence et Saint Jeannet pour 2022-2023.

Quant à la ville de Nice, sont dans les dossiers pour 2021 : 20 kilomètres de pistes en plus. Sur ce schéma :

Poursuite de l’axe Durante-Baquis-Congrès avec un double sens sécurisé entre la Gare Thiers et le tunnel du Congrès réservé aux vélos,

▪ Création de l’axe Alberti-Hancy-Miron pour assurer une alternative à l’est de Jean Médecin.

Il s’agit également de relier les axes nord-sud de part et d’autre de l’avenir Jean Médecin :

▪ Création d’une piste bidirectionnelle sur la rue Trachel,

▪ Liaisons sécurisées et bidirectionnelles sur la rue Reine Jeannet et la rue Rouget de l’Isle.

Selon la Métropole 72% des habitants se sont déclarés favorables au prolongement de l’axe cyclable vers le nord de la ville. Un chiffre confirmant l’évolution des mentalités avec notamment le boum de l’utilisation des vélos à assistance électrique. Un jour la métropole de Nice sera peut-être entièrement accessible à deux roues ? Les défenseurs de la cause devront encore patienter un peu pour que la petite reine étende son royaume.





Source link

Autres articles

Une pluie d’étoiles filantes à ne pas manquer dès ce lundi soir

adrien

A Nice, les employés d’EDF et d’Engie opposés au projet « Hercule » dénoncent un « démantèlement » du groupe

adrien

Après le confinement, continuez à donner votre sang

adrien

Grasse, Antibes, Breil-sur-Roya, Roquebillière… On fait le point sur les lieux de vaccinations

adrien

un an de Covid-19 dans les Alpes-Maritimes raconté par les statistiques

adrien

prévue ce jeudi, l’audition des parties civiles est à nouveau reportée

adrien