Nice

Spectacle : sur les traces d’Icare dans le dédale contemporain

Notez cet article


Sur la scène de l’Espace Magnan, un décor minimaliste. Quatre portes, points de départ tangibles d’un labyrinthe imaginaire auquel les deux personnages vont donner corps, en en soulignant les limites virtuelles et le champ des possibles.

Deux personnages ? Pas tout-à-fait.

Icare bien sûr, incarné par le comédien Ralf Schütte. Non pas l’Icare antique décrit par Ovide dans ses Métamorphoses. Au personnage mythologique qui cherche à s’évader du labyrinthe contruit par son père Dédale, s’est substitué un Icare contemporain. Un homme enfermé dans son appartement, dans ses idées, dans la société moderne.

De la manière dont je vis le personnage, il est perdu au même titre qu’Icare. Mais au lieu d’être perdu physiquement dans un dédale, il est plus perdu dans ses rêves, il passe d’une réalité à une autre.

Ralf Schütte, comédien

Cette séance de travail à l’Espace Magnan est la dernière avant de présenter le spectacle aux professionnels. A défaut de pouvoir le jouer ces derniers mois dans des théâtres fermés pour cause de crise sanitaire, la troupe a continué à peaufiner son travail, et Ralf Schütter, à apprivoiser Icare.

Icare… Vous avez dit Icare ?
Le comédien Ralf Schütte s’est soumis à notre Cult’CM pour définir Icare.

 

Qui Icare rencontre-t-il dans ce labyrinthe ?

Je découvre mon propre Minotaure, mes propres peurs, l’inavouable. Et je découvre aussi le soleil, la vie, et la mort.

Ralf Schütte

Soleil, vie, mort, incarnés par Marie-Pierre Genovese. La chorégraphe et danseuse donne la réplique physique à Icare sur scène. Mais elle n’est pas à proprement parler un personnage. Plutôt une énergie.

Je suis une force, une présence organique qui représente la nature. J’ai la possibilité d’être un véritable caméléon dans cet univers.

Marie-Pierre Genovese, danseuse-chorégraphe

Un univers extraordinaire à explorer pour une danseuse.

C’est une sublime expérience que d’aller chercher, à travers ce labyrinthe, la justesse de ce deuxième personnage.

Face-à-face entre le comédien Ralf Schütte et la danseuse-chorégraphe Marie-Pierre Genovese, dans "Icare" spectacle de la compagnie Disrupt, en création à Nice. / © Frédéric Tisseaux (FTV)
Face-à-face entre le comédien Ralf Schütte et la danseuse-chorégraphe Marie-Pierre Genovese, dans « Icare » spectacle de la compagnie Disrupt, en création à Nice. / © Frédéric Tisseaux (FTV)

 

Enrichi d’une ambiance sonore créée par Fabrice Albanese, le projet est né dans l’esprit de la metteure en scène russe Valeriya Budankova, à la tête de la compagnie Disrupt, Il a beaucoup évolué au cours des deux années de recherche artistique. Comment définir le dédale contemporain dans lequel la jeune femme a voulu nous emmener ?

C’est un rapport de l’homme avec la société contemporaine, la société économique, le monde et l’univers dans lequel on vit. L’homme appartient à ce monde réel, avec des règles qu’il est obligé de suivre. Mais en réalité, je ne sais pas ce qu’est le dédale contemporain… Pour chacun, ce dédale va être différent.

Valeriya Budankova, metteure en scène

Valeriya Budankova, entre deux portes du décor de son spectacle "Icare", qu'elle met en scène pour la compagnie Disrupt à Nice. / © Jacqueline Pozzi (FTV)
Valeriya Budankova, entre deux portes du décor de son spectacle « Icare », qu’elle met en scène pour la compagnie Disrupt à Nice. / © Jacqueline Pozzi (FTV)

 

Qu’y a-t-il de commun entre cet Icare moderne et le personnage mythologique dont il est librement inspiré ?

Il y a ce désir de partir, de surmonter ce dédale, ces règles, de se libérer, par différents moyens. Il y a ce désir d’envol…

Dans le texte d’Ovide, cet envol aboutit à une fin tragique. Icare s’approche trop du soleil. La cire maintenant les plumes de ses ailes fond. Icare chute dans la mer, et se noie. L’Icare moderne peut-il, lui, être sauvé ?

Es-ce que nous sommes sauvés…? Je ne sais pas si l’on peut se sauver. Je ne donne pas de réponse… Je ne fais que poser les questions.

Valeriya Budankova

Ce sera au spectateur d’y répondre, au gré de son voyage dans ce labyrinthe contemporain.

« Icare » sera à voir à l’automne 2021 à Grasse, et peut-être plus tôt si les conditions sanitaires le permettent.

 

Pour en savoir plus sur le mythe d’Icare, regardez l’émission « Icare et Dédale, le rêve éclaté », réalisée dans le cadre de la série documentaire de François Busnel « Les grands Mythes » pour Arte.

 

Et ne manquez pas « PointCult’, comment sortir du dédale contemporain », sur France 3 Côte d’Azur, ce samedi 15 mai 2021 à 19 heures 15. Réagissez à l’émission avec #PointCult.



Source link

Autres articles

L’abstention sera-t-elle la grande gagnante des élections départementales et régionales en PACA ?

adrien

Records de chaleur pour les minimales dans le Var et les Alpes-Maritimes ce lundi

adrien

Nice Parc Castel des deux rois

administrateur

VIDEO. Retour du train de nuit Paris-Nice avec Jean Castex à bord : « bon voyage mesdames, messieurs… »

adrien

« on m’a traité comme un animal » le cauchemar de ce père gardé à vue en Pologne

adrien

Qui est Olivier Guérin ce médecin du CHU de Nice nouveau membre du Conseil scientifique ?

adrien