Image default
Nice

Pistes cyclables provisoires entre Nice et Antibes : enfer pour les uns, paradis pour les autres

Pistes cyclables provisoires entre Nice et Antibes : enfer pour les uns, paradis pour les autres
2.3 (46.67%) 3 vote[s]


Une expérience sociologique inédite. C’est ce qu’aura été le confinement du pays pendant deux mois.
Et c’est que l’on souhaite prolonger avec des pistes cyclables provisoires, capitalisant sur la réduction de la circulation automobile. Histoire de rattraper un peu du retard accumulé dans la région, en terme d’aménagements cyclistes.

Mais peut-être que le confinement aurait dû être prolongé… car il y a comme une impression de précipitation.

Réalisée en quelques jours, inaugurée précipitamment, la nouvelle piste cyclable entre Antibes et Villeneuve-Loubet relève d’une bonne intention, c’est sûr ! Mais ne satisfait, semble-t-il, pas tout le monde. Les automobilistes crient au scandale, forcément. Si certains cyclistes sont ravis, tous ne sont pas convaincus.

Un peu étroite et dangereuse par endroits, elle sera très probablement envahie par les piétons (comme c’est déjà le cas sur cette vidéo publiée sur les réseaux sociaux). Mais elle a le mérite d’isoler un peu les cyclistes des voitures.

Du stationnement en moins

Elle supprime également le stationnement sur la plage de Villeneuve-Loubet : c’est un risque en moins pour les cyclistes, qui devaient toujours craindre l’ouverture intempestive d’une portière.

Ceci étant dit, il faut rappeler qu’il s’agit-là d’une expérimentation, menée par le conseil départemental conjointement avec les municipalités.
La piste cyclable pré-existante, de l’autre côté de la chaussée, a vocation à disparaître, afin de permettre de supprimer certains goulots d’étranglement. L’ensemble du dispositif sera évalué fin juin, dans l’idée de le pérenniser.Mais la cohabitation estivale risque d’être compliquée entre piétons et vélos. Et il n’y a qu’à éplucher les commentaires sur les réseaux sociaux, pour constater que cette expérimentation est pour le moins clivante.

D’autres projets en cours

Dans un communiqué, le département des Alpes-Maritimes annonce néanmoins « d’autres pistes cyclables provisoires sont à l’étude sur les secteurs des Communautés d’agglomération du Pays de Grasse et de Cannes Pays de Lérins. »

Pas sûr que cela suffise à gagner beaucoup de places au palmarès des pistes cyclables établi par la fédération des usagers de la bicyclette (FUB)

Même combat à Nice, où le maire Christian Estrosi expérimente lui pas moins de 12 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires, dont un tronçon spectaculaire sur le boulevard Gambetta. Il en promet 55 kilomètres de plus d’ici la fin du mois de mai, ce qui doublerait quasiment le nombre de pistes existantes !

Si la ville de Nice en a bien besoin (elle pointe toujours en queue de peloton en terme d’aménagements pour cyclistes), la manière a surpris, et les problèmes entrevus sont légions.

Sur le boulevard Gambetta la révolution ne se fait pas sans heurts. La police occupe chaque intersection, et tente de signifier les changements aux automobilistes, de manière plus ou moins courtoise selon le moment de la journée.

« Mais tu vas la bouger ta voiture, oui ? »

Mais à l’approche d’un bus il nous est arrivé d’entendre un « mais tu vas la bouger ta voiture !?! » pas franchement aimable.
Les bus sont sur un boulevard, c’est le cas de le dire, les familles à vélo se régalent. Et les automobilistes sont perdus.

Le plan vélo de Nice : pour le déconfinement les cyclistes découvrent 12 km de nouvelles pistes dès le 11 mai. / © Ville de Nice
Le plan vélo de Nice : pour le déconfinement les cyclistes découvrent 12 km de nouvelles pistes dès le 11 mai. / © Ville de Nice

Un condensé de la Cité du futur. Autre grande nouveauté, le quai des États-Unis, qui prolonge la Promenade des Anglais. Pour certains internautes, c’est une « sacré pagaille » qui s’annonce (pour ne reprendre que les termes les plus politiquement corrects).

« Je trouve hallucinant qu’on interdise le boulevard Gambetta aux voitures, c’est le congestionnement total en centre ville… »

 D’autres, plus fatalistes, rappellent qu’on annonçait le même désastre à l’annonce de la piétonnisation de l’avenue Jean Médecin. « On a bien fini par s’y habituer ».
 





Source link

Related posts

Infirmières en colère : “j’ai demandé ma démission, on ne peut pas prendre soin des patients dans ces conditions”

adrien

La Promenade du Paillon à Nice, un écrin de verdure, un poumon vert au cœur de la ville !

administrateur

Effet confinement : moins de maladies tropicales liées au moustique tigre

adrien