Nice

pas de fusion entre les écologistes et Muselier, Governatori satisfait de son accord

Notez cet article



Le candidat écologiste veut faire en sorte que Thierry Mariani (RN) perde la région. Il a conclu un accord sur des « engagements environnementaux forts » avec Renaud Muselier. En contrepartie, il n’y aura pas d’élu écologiste dans l’assemblée régionale. 

Les tractations auront duré un peu plus de 48 heures. Et voilà le résultat : la liste de Jean-Marc Governatori, (Cap Ecologie) ne fusionnera pas avec celle de Renaud Muselier (LR). Il n’y aura donc pas d’élu écologiste à la région.

Dimanche, au premier tour du scrutin, Cap Ecologie (allié au Parti Animaliste) avait recueilli 5,28 % des voix, un score suffisant pour pouvoir fusionner avec une autre liste. 

Pour faire barrage au Rassemblement national, Jean-Marc Governatori a préféré négocier « un engagement fort », dit-il sur ses « priorités écologiques ».

Il sera également conseiller spécial bénévole de la région sur les questions environnementales. Une façon de peser sur les débats de l’assemblée et de tenter de « verdir » la région.

Engagements environnementaux forts

Selon lui, il assure ainsi ses deux priorités : faire en sorte que Thierry Mariani (RN) perde la région sans rajouter du cafouillage avec la liste Muselier, après l’affaire LREM qui a occupé une bonne partie de la campagne. 

Sa deuxième priorité : obliger le président sortant, Renaud Muselier à prendre des engagements environnementaux forts, conformes à son projet. Et surtout : ne pas faire fuir des électeurs qui peinent déjà à trouver le chemin des urnes. 

Au soir du premier tour, Jean-Marc Governatori parlait d’un « score historique » se disait satisfait d’assister à « la naissance de l’écologie centriste. » Il avait ajouté : « C’est notre électorat qui décidera de l’issue du second tour. »

Une non-fusion qui n’est pas vraiment une surprise. Déjà, le 15 juin dernier, Cap Ecologie tendait la main à Renaud Muselier pour faire un front républicain contre le RN en région PACA.

A ce moment-là, les sondages créditaient le Rasemblement national de 41 % des intentions de vote.

Le candidat écologiste souhaitait alors obtenir des « avancées écologistes » sur l’économie circulaire, la rénovation énergétique et les énergies renouvelables, la mise en place d’AMAP (associations pour le maintien de l’agriculture paysanne).

Jean-Marc Governatori avait déclaré : « Je suis en colère, choqué par la banalisation sur la victoire possible du Rassemblement national. »

Corinne Lepage, co-présidente du parti Cap Ecologie avait aussi expliqué à la mi-juin : « Un accord technique avec Renaud Muselier pour éviter que la région vire RN me paraît conforme à l’intérêt de l’écologie et à l’intérêt de la République. »

Une non-fusion qui intervient après le retrait quelque peu forcé de Jean-Laurent Félizia (EELV) lundi 21 juin dans l’après-midi. De quoi rassurer un peu plus le président sortant, Renaud Muselier, avant le 2nd tour ce dimanche 27 juin.

Un communiqué détaillé de cet accord sera envoyé mercredi 23 juin à 11h à la presse. 

Plus d’informations dans le journal demain midi : Jean-Marc Governatori sera l’invité de France 3 Côte d’Azur. 

 





Source link

Autres articles

prévue ce jeudi, l’audition des parties civiles est à nouveau reportée

adrien

des barnums montés à Nice

adrien

Plainte pour discrimination après sa grossesse, la danseuse du ballet de Nice obtient gain de cause

adrien

Cette chanson sur le marché de « la Libé » à Nice fait le tour des réseaux sociaux

adrien

découvrez tous les résultats du brevet dans les académies d’Aix-Marseille et de Nice

adrien

Routes coupées, tramway perturbé…Tout savoir sur la circulation durant la venue du Tour de France à Nice cette semaine

adrien