Nice

« Monsieur le Président, laissez-nous la messe » des fidèles se sont rassemblés devant la basilique Notre-Dame de Nice

Notez cet article



De nombreux croyants se sont rendus devant la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice, ce dimanche. Ils réclament la reprise des offices religieux interdits au public depuis le reconfinement.

Lourdement meurtris par l’attentat du 29 octobre dernier qui a coûté la vie à 3 personnes dans cette même basilique Notre-Dame, plus de 250 croyants se sont recueillis au pied de l’édifice. Ils manifestent pacifiquement pour que les offices religieux puissent reprendre normalement. Depuis le reconfinement, les églises sont effectivement restées ouvertes, mais les cérémonies avec du public, elles, sont interdites en raison des restrictions sanitaires. Il existe tout de même une exception pour les cérémonies funéraires dans la limite de 30 personnes. Les catholiques, dont de nombreuses familles, ont prié en la mémoire des trois victimes de l’attaque terroriste, dans un premier temps, ensuite pour le retour des messes publiques.
 
Benoit De Belleroche, le président des Associations Familiales Catholiques indiquait  » Nous avions déclaré 70 personnes, on en attendait 50. Mais c’est venu de tout le département, de la Vésubie,  Mandelieu, Cannes, Grasse, Menton, Saint-Étienne-de-Tinée. On ne s’y attendait pas du tout. Tant mieux c’est un beau témoignage de la vitalité de notre église. C’est pour ça qu’on était un peu serrés d’ailleurs » Les fidèles ont entonné une prière à Saint Michel, le saint des combattants présent dans le Christianisme, le Judaïsme et l’Islam.

Même si nous combattons de manière pacifique, nous nous battons pour la messe, fermement et avec conviction. Soyons fiers et sûr de notre foi.

Benoit De Belleroche, président de l’AFC

Le président a ensuite lu un texte, une pétition à destination d’Emmanuel Macron demandant le retour de la messe, qui se terminait par « Monsieur le président laissez-nous la messe ».

De son côté, ce vendredi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a publié un communiqué sur les réseaux sociaux. « Les lieux de culte restent ouverts pour permettre le recueillement individuel ». 

Mais ce sont les règles sanitaires en vigueur qui doivent primer afin de « sauver des vies ». Des sanctions seront prises en cas de non-respect des règles, le ministre n’hésitera pas à « envoyer les policiers et gendarmes verbaliser », en cas « d’acte répété » et « manifestement contraire aux lois de la République ».

On est là sur une liberté fondamentale et le gouvernement doit y être attentif

Gérard Larcher

Ce dimanche, le président du Sénat Gérard Larcher (LR) s’est prononcé pour une reprise des messes, dans le respect des « conditions sanitaires », une mesure qui divise la classe politique au-delà des clivages.

Le premier ministre réunira, ce lundi, et ce pour la seconde fois, les représentants des principaux cultes afin d’évoquer « les conditions dans lesquelles pourraient se tenir à nouveau des cérémonies dans les lieux de culte en fonction de l’évolution de la situation sanitaire ». 

 





Source link

Autres articles

Des chercheurs de Nice ont étudié l’impact de la tempête Alex en mer, des avalanches sous-marines observées

adrien

Plainte pour discrimination après sa grossesse, la danseuse du ballet de Nice obtient gain de cause

adrien

confinement rime avec entraînement au Théâtre National de Nice, afin de préparer la réouverture

adrien

Face à l’arrivée de tonnes de bois flottant, certains ports azuréens ferment

adrien

Eric Ciotti soupçonné de détournement de fonds publics par Anticor06, le parquet de Nice ouvre une enquête

adrien

De Nice à Privas, suivez les premières étapes du Tour de France en direct dans un fauteuil sur notre site

adrien