Nice

les écrits débutent ce 28 juin, sujet polémique et protocole « incohérent », les syndicats azuréens réagissent

Notez cet article



Cette année, les épreuves du brevet des collèges (Diplôme National du Brevet, DNB) se déroulent les 28 et 29 juin. Le Brevet est le seul examen national à ne pas avoir été adapté à la crise sanitaire. Les syndicats d’enseignants azuréens dénoncent cette situation.

Les écrits débutent ce 28 juin par le français et les mathématiques et se terminent demain avec l’histoire-géographie et l’enseignement moral et civique, puis les sciences.

L’année dernière, le diplôme a été entièrement attribué en fonction des notes obtenues en contrôle continu, à cause de la crise sanitaire. Cette année les épreuves écrites sont maintenues, avec une nouveauté : l’épreuve orale, organisée du 3 mai au 29 juin.

Sur twitter, le ministre de l’éducation Nationale a tenu à encourager les collégiens, 860 037 élèves passent cette année le brevet dans l’Hexagone. Ils osnt au nombre de 22 440 pour l’académie de Nice

Le brevet est le seul examen qui ne bénéficie pas d’adaptation avec le Covid 

Le baccalauréat, l’épreuve anticipée de français ou encore les BTS ont connu des aménagements pour s’adapter à l’année scolaire bousculée par le Covid, toutes les épreuves du brevet auront quant à elles lieu en présentiel.

Pour les collégiens, c’est le premier examen de leur scolarité et aucun traitement de faveur n’a été mis en place : 

C’est une année horrible avec un protocole contradictoire, c’est complètement incohérent et inégalitaire pour les élèves de maintenir le brevet dans ces conditions

Emmanuelle Cantoni, syndicat Sud éducation 06

Les collégiens ont été moins impactés que les lycéens, en effet les cours en présentiel ont été maintenus avec un fonctionnement « quasi-normal », même si certains des cours ont eu lieu à distance notamment lors du premier confinement.

Néanmoins, Emmanuelle Cantoni souligne : « la mise en application des protocoles a creusé les inégalités entre les collèges », le brevet étant un examen national, elle déplore « une situation injuste », à cause de l’épidémie des heures de cours ont été perdues et l’accès aux outils numériques n’était pas le même pour tous. 

Le premier syndicat enseignant le SNES-FSU avait proposé plusieurs options au ministère, pour maintenir le brevet mais de façon plus « adaptée. » Conserver deux épreuves écrites au lieu de quatre par exemple. Pour le secretaire général  Richard Guis :  » les correcteurs vont se retrouver face à des candidats qui n’ont pas toujours traité tout le programme. »

Protocole sanitaire strict

Le ministère de l’éducation nationale promet le respect d’un protocole sanitaire strict.

Les élèves testés positifs au Covid-19 ne pourront se présenter qu’après une période d’isolement. En cas d’absence, des épreuves

de remplacement sont prévues les 13 et 14 septembre. 

Toute l’année, les élèves ont néanmoins été entassés dans les classes, aucun système de demi-jauge n’était mis en place dans certains établissements…

rappelle Richard Ghis délégué syndicat SNES – FSU

Dans les centres d’examen: port du masque et nettoyage des mains obligatoires, aération et désinfection régulière des locaux, et signalétique anti-brassage.

« Une épreuve de Français qui fait polémique »

Ce matin, les candidats ont planché sur l’épreuve de Français, mais le contenu de l’épreuve a été critiqué sur les réseaux sociaux et par les syndicats : 

L’épreuve de français du brevet des collèges est composée d’une explication de texte, d’une épreuve de grammaire, d’un travail de réécriture (avec au choix un sujet de réflexion ou un sujet d’imagination) et enfin d’une dictée. 

Et c’est le sujet de “réflexion” qui a posé problème. Les élèves de 3e étaient confrontés à la question suivante: « aimez-vous découvrir des œuvres littéraires et artistiques dans lesquelles interviennent le surnaturel ou l’étrange? »

Mais ce sujet, est en lien avec le registre du fantastique, qui fait partie du programme de littérature des classes de 4e. « Une honte » pour Richard Ghis qui précise :

on a l’impression que le ministère n’a pas fait attention au fait que les élèves n’ont pas pu suivre les cours normalement avec le confinement, pourquoi ne pas avoir donné une thématique de cette année ? C’est un non-sens ! 

Syndicat SNES-FSU

Un taux de réussite de 92,8% en 2020

Un examen noté cette année sur 800 points, le contrôle continue représente 400 points de la totalité, le reste est réparti entre l’orale 100 points  et les 4 épreuves écrites de fin juin 300 points.

L’an dernier, le taux de réussite à cet examen, décerné uniquement sur les notes obtenues au contrôle continu du fait de l’épidémie de Covid-19, était de 92,8%. 

78% des reçus du département Alpes-Maritimes ont obtenu une mention.





Source link

Autres articles

Le mas des Escaravatiers aura bien lieu

adrien

le commissaire qui a ordonné la charge mis en examen pour « complicité de violences »

adrien

Le Théâtre national de Nice participe au mouvement d’occupation des lieux culturels

adrien

25 concerts de musique classique et de jazz en plein air

adrien

plus de 50 000 ados fuguent chaque année en France

adrien

La baisse du nombre de victimes du coronavirus se confirme depuis la mi-avril dans les Alpes-Maritimes et le Var

adrien