Nice

Le point sur les transferts de malades vers des hôpitaux hors des Alpes-Maritimes, notamment vers Gap

Notez cet article



Illustration d’un département sous haute tension, un malade en réanimation de la Covid-19 a été transféré depuis l’hôpital de Cannes-Simone Veil dans les Alpes-Maritimes vers le centre hospitalier de Gap. C’est le premier transfert du genre vers le département des Hautes-Alpes.

Dans les Alpes-Maritimes, les services hospitaliers sont « proches de la saturation » et le taux d’incidence (588 pour 100.000 habitants, contre 190 pour la moyenne nationale) est « le plus élevé de France », selon Romain Alexandre, représentant de l’Agence régionale de santé Paca. Il en a fait le détail ce lundi lors de la conférence de presse de présentation des nouvelles mesures sanitaires.  Le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé lundi une série de mesures, dont un reconfinement partiel, une première au niveau local en métropole.

Face à cette « situation sanitaire catastrophique au niveau départemental », des patients ont été transférés de Cannes à Gap et d’Antibes vers deux établissements niçois « faute de lit », indique dans un tweet Christian Estrosi, président de la Métropole Nice Côte-d’Azur.

La solidarité s’exprime aujourd’hui dans l’autre sens, car il y a quelques semaines, c’est le CHICAS qui a évacué des patients vers les hôpitaux de Cannes et Antibes, à l’APHM et à la Polyclinique Clairval de Marseille,

soulignent les équipes du Groupement Hospitalier de Territoire Alpes du Sud

Une information confirmée par l‘ARS Paca, qui évoque également des évacuations sanitaires depuis Nice vers Gap et vers l’AP-HM à Marseille. 

Les services de réanimation sont proches de la saturation et des « déprogrammations d’opérations lourdes » ont eu lieu au CHU de Nice, ajoute le maire de Nice.

Le taux d’occupation des lits de réanimation dans les Alpes-Maritimes était de 90,6%, selon le dernier bulletin de l’ARS Paca au 19 février.

Comment se décident ces transferts ?

Les transferts de patients sont décidés quand les capacités de réanimation sont proches de la saturation. Ils sont toujours anticipés et préparés avec les établissements et les familles. Le consentement de ces dernières est indispensable.

Lorsqu’il reste des places disponibles au sein de la région, les transferts sont en premier lieu interdépartementaux. Si les capacités de la région sont proches de la saturation, des évacuations hors région sont alors réalisées en accord avec le centre de crise national qui choisit la région la moins impactée par l’épidémie pour devenir la région d’accueil pour les patients. L’orientation des patients est faites selon les places disponibles.

Vendredi 19 février, 4 patients des Alpes-Maritimes ont été transférés :

  • 1 du CH de Cannes vers le Chicas de Gap
  • 1 du CHU de Nice  vers le Chicas de Gap
  • 2 du CHU de  Nice vers l’AP-HM

Les patients sont transférés indifféremment dans des établissements publics ou privés. Les frais d’hospitalisation en réanimation sont pris en charge à 100%.

 





Source link

Autres articles

le procès en appel de l’assassinat de la milliardaire monégasque à nouveau reporté

adrien

Covid-19 : “la désinfection des plages pourrait être néfaste pour l’environnement”

adrien

Coronavirus : une enquête scientifique menée par un niçois recommande des tests olfactifs pour détecter le Covid-19

adrien

la sculpture « Carnavalovirus, l’usurpateur » exposée place Masséna fait débat

adrien

« Depuis 2014, je travaille en France, je paye mes impôts »

adrien

« l’idée est d’accompagner surtout les jeunes, les victimes de la crise »

adrien