Nice

Le Môme, Yass Sogo, Fanny Polly, Mas Kit… Le rap de la Côte d’Azur entre dans le game

Notez cet article



Jul, PNL et Nekfeu n’ont qu’à bien se tenir. A Nice aussi, on sait rapper, et plutôt bien. Si la capitale azuréenne a peiné jusqu’ici à montrer ses talents hip-hop, un groupe de rappeurs très motivés a décidé de changer la donne. Malgré l’absence de lieu emblématique et de rendez-vous dédié au rap, ils se lancent et se réunissent autour de projets communs pour se donner de la force et entrer dans le game.

Pour se faire connaître, rien de tel qu’un clip qui impressionne. Vendredi 27 novembre, 06 All Star débarque sur Youtube. Au programme, 13 rappeurs de la Côte d’Azur, un couplet chacun, scandé devant les paysages sublimes du Sud-Est de la France. 9 minutes pour montrer ce que vaut la scène de rap azuréenne.

Des talents dans l’ombre

Pour mettre en valeur les rappeurs de la Côte d’Azur, d’autres talents se cachent dans l’ombre. Sous la voix des rappeurs, on entend une piste musicale ou rythmique, la “prod”, créée pour cette chanson par Neirda Prod. Puis pour enregistrer et unifier les voix des 13 rappeurs, c’est au tour de Sany d’entrer en scène depuis le studio CV Recordz à Nice. Il a déjà travaillé avec des rappeurs renommés comme Booba et Damso.

Enfin, pour mettre en image et faire décoller le titre sur Youtube, arrive Léonard Pêtre. A 24 ans, c’est la première fois que ce réalisateur et scénariste niçois réalise un clip de rap. “J’ai eu la chance d’avoir carte blanche, détaille-t-il. Pour moi c’était un honneur d’avoir 13 artistes à ma disposition pour essayer d’abolir tous les clichés sur ce monde-là.”

Je voulais essayer de mettre en valeur la région en filmant des lieux uniques même si c’était avec très très peu de moyens. On a fait ce clip quasiment sans budget. C’était une manière de dire : “Nous aussi, à Nice, on peut faire des grandes choses !”

Léonard Pêtre, réalisateur du clip 06 All Star

Le Môme, le rappeur rassembleur

A l’origine de ce grand projet, on trouve Grégory Rossi, appelé Le Môme dans le milieu du rap. Ce jeune Niçois âgé de 23 ans a déjà 2 EP à son actif (Bruit qui court en 2018 et En attendant Bicéphale en 2020) et il prépare un double-album pour 2021. Il a eu l’idée de réunir des rappeurs de la Côte d’Azur pour un projet commun pendant le confinement.

Aujourd’hui on est dans une société individualiste et j’ai l’impression qu’ensemble on est plus forts. Le but, c’est de se donner de la force tous ensemble et de se hisser vers le haut. Il suffit de voir ce qu’il s’est passé en Belgique ou à Marseille ! S’il y en a un qui perce, ça met en lumière la scène locale qui est incroyable. C’est ça le but !

Le Môme

Le Môme a commencé à rapper à 16 ans. Après quelques années d’entrainement, il a réussi à se faire un nom à Nice. Entre 2018 et 2019, il a donné une soixantaine de concerts. Sur des scènes locales comme la MJC Picaud, le théâtre Alexandre III à Cannes, le théâtre de Verdure à Nice mais aussi jusqu’à Paris, au New Morning, une salle qui se démarque en dénichant des talents méconnus.

Mais tous ces concerts n’ont pas encore donné la grosse tête au Môme. Lorsqu’il travaille à la boucherie familiale (installée depuis 1884 !) du Vieux-Nice, les spotlights et les studios s’éloignent : « Tu as beau avoir fait un concert de fou la veille, le matin quand tu sers le bifteck à la petite mamie, tu redescends d’un coup ».

Inspiré par Brassens, Ferré mais aussi Kery James et Oxmo Puccino, Le Môme estime qu’il y a encore “tout à faire” à Nice pour lui et ses amis rappeurs.

Je pense qu’on peut développer le hip-hop ici, mais aussi les mentalités pour montrer que le rap, ce n’est pas qu’une musique de voyou. Les gens ont surement des a priori, ici plus qu’ailleurs, sur notre art. Mais ici, il y a énormément de pépites, de talents. Si on peut véhiculer de beaux messages, donner de la visibilité à tous les artistes niçois, c’est gagné.

Le Môme

Fanny Polly, “une des meilleures rappeuses de France”

S’il s’est lancé en solo, Le Môme a pourtant un grand sens du collectif. Dans son entourage, Ikare, Ökami, avec qui il a formé le collectif “L’Ekipage”, ou encore Yass Sogo et Fanny Polly.

Yass Sogo, professeur de lettres quand il n’est pas en train de rapper, et Fanny Polly sont amis depuis les bancs de la fac. Ils ont collaboré à plusieurs reprises sur des titres comme Gutenberg, sorti en septembre 2019, et ont partagé durant l’été les scènes du Théâtre de Verdure et de La Parenthèse Nuits du Sud à Vence. Les deux compères sont actuellement en train de travailler un nouveau son ensemble, prévu pour le nouvel album de Yass Sogo qui sortira en 2021.

Amis ou pas, pour Yass Sogo, Fanny Polly est “l’une des meilleures rappeuses de France”. Il n’est pas le seul à le penser ! Fanny Polly est la première rappeuse à avoir été signée par Scred Connexion, un collectif de rappeurs parisien né dans les années 1990. 

Ce qui la différencie dans le paysage grandissant des rappeuses : son bagout, son flow et son accent. Elle l’admet : « Il y a une patte, une signature du Sud. Ne serait-ce que dans l’accent ! On a un rap un peu plus solaire. »

« 06 dans les veines, personne nous demande où on s’casse en vacances, on a tout ce que t’espères sur place »… En 2018, elle n’hésite à déclarer son amour pour “son” Sud, en texte et en image avec un clip où l’on reconnaît la Pantiero de Cannes, la gare et le terrain de basket de Mouans-Sartoux, sa ville d’origine. 

S’ils sont nombreux à y apparaître, tous les rappeurs de la Côte d’Azur ne sont pas présents dans le clip 06 All Star. C’est le cas de Mas Kit et High Low, deux amis rappeurs. Ces deux passionnés de rap ont mis en commun leurs talents et se produisent désormais sur des scènes musicales locales. Ils préparent chacun de leur côté un album pour 2021 et si les conditions sanitaires le permettent, ils partiront pour une tournée de concerts à Mayotte en février prochain.

Pas de clash

Ce qui saute aux yeux à la découverte de tous ces projets musicaux, c’est la bienveillance et la bonne entente entre tous ces artistes. Ici, pas de clash. On préfère se serrer les coudes. Depuis que le Volume, une salle de concert underground à Nice, a fermé, ceux qui veulent percer ne savent plus dans quelle direction se tourner.

Certains d’entre eux, dont Le Môme et Ikare, ont choisi d’officialiser leur solidarité en créant l’association Wake Up Mouvement. Son objectif : réunir et mobiliser des artistes locaux pour transmettre leur passion aux plus jeunes. Depuis sa création en février 2019, l’association organise deux événements par mois, comme des ateliers d’écriture de rap et de slam dans les collèges, les lycées ou les hôpitaux.

La Côte d’Azur est loin d’avoir la réputation de Marseille de l’Ile-de-France en matière de rap. Pourtant, cette vague de rappeurs et rappeuses talentueux et inarrêtables se lève et s’apprête à éclabousser tout le monde en 2021. Le Môme, Fanny Polly, Yass Sogo, Mas Kit, Ikare et plein d’autres sont prêts à se faire entendre par le reste de la France.

 



Source link

Autres articles

Brumisateurs, fontaines à eau, piscine sur la promenade du Paillon…Tout savoir sur le plan canicule à Nice

adrien

Christian Estrosi propose de réserver l’accès à Auron et Isola 2000 aux habitants des Alpes-Maritimes

adrien

52 ans après le crash l’armée fournit des documents insuffisants pour les familles des victimes

adrien

la créatrice niçoise des Franjynes raconte son combat contre le cancer dans son livre

adrien

les festivals du film queer In&Out de Cannes et Nice résistent

adrien

les réactions politiques et religieuses, « nous sommes en guerre »

adrien