Nice

La PrEP, ce traitement préventif contre le VIH, est désormais prescrit par les médecins généralistes

Notez cet article


Pour le ministère de la Santé, il faut en finir avec le SIDA à l’horizon 2030. Parmi l’arsenal préventif, il y a la PrEP, un traitement prescrit jusqu’à présent à l’hôpital. Désormais, la médecine en ville est intégrée dans le dispositif.

C’est un traitement qui s’adresse à des personnes séronégatives exposées au risque de contamination par le VIH, et qui n’utilisent pas forcément de préservatifs.

La PrEP, cette « Prophylaxie pré exposition », est une combinaison d’antirétroviraux (l’emtricitabine et le ténofovir disoproxil). Pris avant et après un éventuel contact avec le virus du SIDA, les cachets permettent d’éviter à 99 % la contamination. 

La PrEP ne protège que contre le VIH.

Ce traitement préventif permet d'éviter une contamination avec le virus du VIH.

Ce traitement préventif permet d’éviter une contamination avec le virus du VIH.

© CHRISTOPHE NAPOLI / FTV

Désormais, plus besoin d’aller à l’hôpital ou dans un centre gratuit de dépistage et de diagnostic pour bénéficier de la PrEP.

Depuis ce 1er juin, les médecins généralistes peuvent la délivrer, et c’est une très bonne nouvelle pour Erwann Le Hô, président du centre LGBT des Alpes-Maritimes.

Cette décision va permettre d’accélérer le déploiement de la PrEP auprès des populations les plus exposées au VIH. Un atout de poids pour atteindre au plus vite l’objectif Sida zéro !

Erwann Le Hô président du Centre LGBT Côte d’Azur.

Les médecins généralistes sont invités à suivre une formation en ligne, pour la mise en place d’un traitement adapté aux pratiques sexuelles de chaque patient, et pour son suivi régulier, avec, entre autres, un test de dépistage VIH tous les trois mois. 

Les personnes qui sont suivies sous PrEP sont en effet vues tous les trois ou quatre mois par leur médecin.

Objectif : 0 contamination en 2030

Erwann Le Hô considère, chiffres à l’appui, que ce traitement est de nature à donner un coup d’accélérateur pour le recul de l’épidémie.

En France, 30.000 personnes sont « sous PrEP », dont 800 (en 2020) dans les Alpes-Maritimes. Il s’agit, toujours selon Erwann Le Hô, « à 99% d’homosexuels entre 35 et 40 ans qui vivent dans des grandes villes. »

Les Alpes-Maritimes sont le département de France où le taux de couverture PrEP est le plus important, ce qui a permis d’infléchir la courbe de contaminations.

La région PACA, 2e région la plus touchée pour les contaminations

Fin 2015, le CHU de Nice fait partie des cinq centres investigateurs d’un essai PrEP en France et au Canada. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est alors la deuxième région métropolitaine la plus touchée en termes de nouvelles contaminations au VIH, après l’Ile-de-France. 

Le département des Alpes-Maritimes est le plus concerné par l’épidémie dans la région Paca. 

En décembre 2018, soit 3 ans après l’arrivée du traitement dans le département, le nombre de contaminations a baissé de 40%. 

Les patients sous PrEP font un test de dépistage tous les trois mois.

Les patients sous PrEP font un test de dépistage tous les trois mois.

© CHRISTOPHE NAPOLI / FTV

Pascal Puglièse, président de la Société Française de lutte contre le Sida au CHU de Nice, confirme.

La PrEP a montré son efficacité en vie réelle depuis 5 ans qu’on l’utilise en France avec à la fois, un bénéfice individuel et collectif. Partout où l’on a mis la PrEP à grande échelle, on a vu réduire à grande échelle le nombre de nouvelles infections.

Pascal Puglièse,  président de la Société Française de lutte contre le Sida au CHU de Nice

Un traitement proposé dans tout le territoire

Jusqu’à présent, seules les personnes vivant dans les grandes villes bénéficiaient de la PrEP puisque le traitement était proposé à l’hôpital ou dans les centres de dépistage. Les généralistes peuvent désormais expliquer partout en France, y compris dans les zones rurales, le principe de ces cachets destinés à éviter toute contamination.

De quoi faire reculer encore la diffusion d’une maladie grave, qui a fait des ravages il y a peu, à la fin du XXe siècle.





Source link

Autres articles

les syndicats d’enseignants de Provence-Alpes-Côte d’Azur regrettent la fermeture des écoles

adrien

Malgré la crise sanitaire, les professionnels du tourisme et de la restauration recrutent sur la Côte d’Azur

adrien

CARTE. Rando urbaine, chasse aux oeufs… Nos idées de sorties à 10 km autour de chez vous pour ce week-end de Pâques

adrien

Les 5 points à retenir du Conseil du climat de la métropole de Nice Côte d’Azur

adrien

des haut-parleurs omniprésents diffusant des messages de prévention anti-Covid agacent la population

adrien

Christian Estrosi ne participera pas au débat télévisé du second tour sur France 3 Côte d’Azur

adrien