Nice

Des chercheurs de Nice ont étudié l’impact de la tempête Alex en mer, des avalanches sous-marines observées

Notez cet article


Du 1er au 9 novembre, des chercheurs du laboratoire GEOAZUR de l’Université Côte d’Azur ont étudié l’impact de la tempête Alex, au large des embouchures du Var et de la Roya. Cette mission s’est effectuée à bord de l’un des meilleurs bateaux océanographiques du monde : « le Pourquoi pas? »

Les géologues du laboratoire GEOAZUR  sont partis en mer jusqu’à ce lundi matin, afin d’étudier ce que sont devenues les crues et les coulées de débris charriées par la tempête Alex, dans le cadre de l’expédition Sealex.

Cette opération a mobilisé des scientifiques français et italiens, et des étudiants, qui ont été épaulés à bord du navire par les équipes techniques d’IFREMER-GENAVIR.
 

Une vingtaine de scientifiques ont été nécessaires pour mener à bien cette mission.

Une vingtaine de scientifiques ont été nécessaires pour mener à bien cette mission.

© FTV

L’expédition a été encadrée par Gueorgui Ratzov, maître de conférences, et Sébastien Migeon, professeur, tous deux experts en géosciences marines, et rattachés au laboratoire GEOAZUR. 

« La tempête Alex a été un évènement catastrophique pour les Alpes-Maritimes, outre l’intérêt scientifique de cette mission on se sentait redevable pour apporter des éclairages aux populations. Nous avons préparé cette mission en deux semaines et nous avons obtenu rapidement des outils de pointe, comme le bateau, c’est une grande chance. » 

Gueorgui Ratzov

Des dépôts jusqu’à 2.500 m de fond 

Pour réaliser cette opération, les scientifiques ont embarqué à bord de l’un des meilleurs bateaux océanographiques du monde le « Pourquoi pas? » > Le suivre en mer en temps réel.

Durant leurs missions, ils ont prélevé différents types de sédiments pour les identifier et ont suivit les dépôts le long des fonds marins grâce à un système de cartographie.

Les recherches on été effectuées dans un périmètre de 30 à 50 kilomètres aux larges des côtes.

Les recherches on été effectuées dans un périmètre de 30 à 50 kilomètres aux larges des côtes.

© FTV

Gueorgui Ratzov, maître de conférences à l’université Côte d’Azur, et membre de l’expédition, explique  l’impact de la tempête Alex, dans la mer: 
 

« Il y a eu des phénomène d’avalanche sous-marine, des coulées de sédiments pouvant atteindre 100km heure. Avec d’important dépôts, jusqu’à 2500 mètres de fond. Avec un phénomène comme celui-ci, il y a une destruction de la faune et de la flore. Mais c’est un phénomène naturel, ce sont des cycles, le fond marin sera de nouveau colonisé. »  

Gueorgui Ratzov


Le « Pourquoi Pas » a amarré avec son équipage dans la matiné, ce 9 novembre au port de la Seyne-sur-Mer. 
 

« Cette mission va nous permettre de comprendre des phénomènes plus anciens qui ont eu lieu en mer.  Nous sommes vraiment confiant sur les découvertes qui ont été faites. Les analyses des sédiments apporteront des éléments de réponses sur des recherches antérieures. » 

Gueorgui Ratzov

L’analyse des données sera effectuée par l’équipe dans les mois à venir et les résultats partagés avec les autorités et la population. En attendant, il est possible de suivre les premières trouvailles des chercheurs grâce à leur blog. 

 





Source link

Autres articles

Nice : “J’ai des collègues qui ont envie de rendre les armes” dénoncent les syndicats de police

adrien

Concours d’admission à l’Education Nationale : Quentin Lhuillier, professeur niçois crie à l’injustice

adrien

Dans le silence du confinement, des chercheurs ont capté les “conversations” des animaux qui peuplent la Méditerranée

adrien

Covid-19 : Mir-AGE, l’essai clinique européen piloté par l’infectiologie niçois Eric Cua

adrien

Resadon : une solution azuréenne pour donner son sang, devenue essentielle depuis la crise sanitaire

adrien

Les guides interprètes conférenciers en danger avec l’épidémie Covid : “j’ai des collègues qui m’appellent en sanglots”

adrien