Nice

depuis une semaine, plusieurs attaques de loups ont tué au moins quatre brebis et trois chèvres

Notez cet article


Une éleveuse de brebis et de chèvres située à Malaussène a perdu plusieurs bêtes en une semaine. Au moins 7 bêtes ont été tuées par des loups. Sept autres bêtes apeurées se sont réfugiées dans un endroit inaccessible par l’homme.

Image horrifiante ce jeudi 26 novembre au matin à Malaussène. La carcasse d’une brebis est retrouvée à 100 mètres de l’école. Nadia Paire, la propriétaire de la bête, a déjà perdu plus d’un quinzaine de bêtes depuis une semaine. Certaines, prises de peur ont fui, car d’autres ont été mordues par des loups.
 
Depuis la tempête Alex, Nadia Paire, productrice de fromage de chèvre à Malaussène, avait l’habitude de garder son bétail à la bergerie. La semaine du 16 novembre l’éleveuse décide de sortir enfin ses bêtes pour qu’elles puissent profiter du plein air avant de devoir retourner manger le foin dans la bergerie pour l’hiver. Jeudi 19 novembre, lorsqu’elle rentre ses bêtes, elle constate qu’il manque quelques chèvres et qu’un chevreau est mordu au cou.

« On trouve des carcasses tous les jours »

« Il est mort le lendemain », dit Nadia Paire. Depuis, « on trouve des carcasses tous les jours », explique-t-elle. L’éleveuse a fait constater les blessures trouvées sur ses bêtes par Florian Aimard, un louvetier, qui a confirmé que c’était bien un loup qui était responsable. « D’après lui, ce sont deux jeunes loups », précise Nadia Paire.
 

Ils sont là, autour du village, à une trentaine de kilomètres de Nice !

Nadia Paire

Cette carcasse de brebis a été retrouvée à 100 mètres de l'école du village.

Cette carcasse de brebis a été retrouvée à 100 mètres de l’école du village.

© Nadia Paire

Des chèvres coincées dans les hauteurs

Après avoir compris qu’un ou plusieurs loups rodaient dans les parages, Nadia Paire a décidé de rentrer son troupeau à la bergerie, surveillée par plusieurs patous. Toutefois, avant de pouvoir les rentrer, certaines chèvres ont fui et se sont réfugiées sur des rochers très fins, en hauteur, inaccessibles par l’homme. « Mon fils monte tous les jours pour voir si elles sont toujours en vie », raconte l’éleveuse.

Elle aimerait qu’on lui propose une solution pour atteindre ses chèvres : « On se sent désemparés et abandonnés ». Les pompiers l’ont informée qu’ils n’étaient pas en capacité de l’aider. L’éleveuse est entrée en contact avecla fédération des alpinistes des Alpes-Maritimes.

Presque la moitié des bêtes perdues

A cause de la tempête Alex, Nadia Paire a déjà accusé la perte de l’équivalent de 1500 euros de production de fromage et de lait. Si elle n’arrive pas à récupérer ces bêtes, cela représentera 16 bêtes en moins pour l’éleveuse, entre celles qui sont perchées en haut de la montagne et celles qui ont été tuées par les loups. « Sur 36 bêtes, ça fait quasiment la moitié », souligne Nadia Paire, inquiète pour son affaire. « Et, il faut bien vous dire, on a un attachement pour nos bêtes, on n’aime pas les savoir là-haut », ajoute-t-elle. 

Eric Hansen, directeur régional de l’Office français de la biodiversité, assure que ces loups ne sont probablement pas ceux du parc Alpha de Boréon. Quatre loups de ce parc sont encore en fuite, depuis qu’ils se sont échappés lors de la tempête Alex.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

Autres articles

Marseille, Nice, région PACA… Éclaircissement sur la bataille de chiffres autour du Covid-19

adrien

des galeries d’art ouvrent leurs portes ce week-end pour proposer aux visiteurs de « s’évader »

adrien

les propositions des élus écologistes pour atténuer les effets de la canicule en ville

adrien

un 5e corps a été retrouvé et identifié dans la Vésubie

adrien

une dizaine de demandeurs d’asile vivent dans un campement de fortune

adrien

des haut-parleurs omniprésents diffusant des messages de prévention anti-Covid agacent la population

adrien