Nice

de nombreuses enquêtes ont été ouvertes en France dont à Nice

Notez cet article



Depuis l’assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre et l’attentat de Nice le 29 octobre, de nombreuses enquêtes ont été ouvertes en France pour « menaces », « provocation à la commission d’infractions violentes » ou « apologie du terrorisme ». A Nice, des enquêtes sont aussi en cours.

Plusieurs mineurs qui ont refusé de participer à la minute de silence en hommage à Samuel Paty, ce lundi 2 novembre, ont tenu des propos favorables au terroriste et ont été placés en garde à vue en début de semaine.

Depuis l’assassinat du professeur d’histoire, le 16 octobre, 187 enquêtes ont été ouvertes en France pour « menaces », « provocation à la commission d’infractions violentes » ou « apologie du terrorisme », selon les informations recueillies par franceinfo de sources proches.

Ces affaires correspondent le plus souvent à des propos tenus ou relayés via les réseaux sociaux.

Sur les réseaux sociaux

Dans le Var par exemple, un homme de 21 ans, d’abord placé en garde à vue le 30 octobre, comparaissait lundi dernier. Il a été condamné à 18 mois de prison ferme avec mandat de dépot pour s’être livré à des propos apologétiques sur son compte Facebook.
Des messages postés le 24 octobre, appelaient « ses frères et soeurs musulmans à la guerre civile. »

L’auteur des posts était déjà connu de la justice pour vols aggravés, extorsions, trafic de stupéfiants, violences et port illégal d’armes. Il était recherché pour une exécution de jugement. L’enquête a été mené par les gendarmes de la brigade des recherches de Gassin et des cyber enquêteurs du Var.

Nice : des faits sur la voie publique

Ce mardi 3 à la station de tramway Jean Médecin à Nice vers 16H50, un homme a aussi tenu des propos d’apologie du terrorisme en criant à plusieurs reprises « Allah Akbar » alors qu’il remontait l’escalator. Il s’est aussi montré violent envers trois adolescentes qui lui faisaient une remarque. Une
enquête est en cours.

Le même jour, à la même heure et toujours à Nice face au 8 rue d’Italie, une autre personnes en état d’ivresse, était interpellée par la police alors qu’elle criait à plusieurs reprises elle aussi ces mots, créant un mouvement de panique.Une autre enquête est en cours là aussi selon la direction départementale de la Sécurité publique.

2 000 signalements

Depuis l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, près de 2 000 signalements ont été transmis à la plateforme Pharos, qui examine les contenus haineux en ligne en vue d’éventuelles ouvertures d’enquêtes.

Pharos est un sigle signifiant « Plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements ».
Voici ce qu’il faut faire si vous êtes témoin d’un contenu ou d’un comportement illicite à caractère raciste ou incitant à la haine sur Internet :

Créée en 2009, elle permet à chacun de signaler en ligne des contenus et comportements illicites d’Internet.

 





Source link

Autres articles

De Nice à Saint-Raphaël, l’aide aux sans-abris pendant le confinement et avant l’hiver s’organise

adrien

Covid-19, vacances, canicule… pourquoi la pénurie de don du sang s’aggrave en PACA

adrien

La ville de Nice active son plan canicule pour cet été

adrien

« La situation est catastrophique » pour les cinémas de la Côte d’Azur, des fermetures provisoires envisagées

adrien

Christian Estrosi ne participera pas au débat télévisé du second tour sur France 3 Côte d’Azur

adrien

La rentrée au théâtre : un pour tous… tous pour un

adrien