Nice

Championne du monde de longboard, la Niçoise Marina Correia est fière d’être la 1ère femme noire titrée

Notez cet article


Vous avez peut-être déjà vu passer ses performances impressionnantes sur les réseaux sociaux. À 23 ans, Marina Correia, niçoise d’origine cap-verdienne, est devenue championne du monde de longboard dancing.

Slalomant avec précision entre les passants de la promenade des Anglais, Marina Correia enchaîne les figures et les pas de danse sur sa planche de skate. A tout juste 23 ans, elle a été sacrée ce 10 janvier championne du monde de longboard dancing freestyle. 

En raison du contexte sanitaire, le championnat du monde du longboard dancing, So You Can Longboard Dance ?, qui se déroule habituellement aux Pays-Bas pendant un week-end, s’est tenu en ligne. Les candidats étaient alors évalués à travers leur performance vidéo.

Marina Correia poste régulièrement ses exploits sur les réseaux sociaux. Depuis son titre elle comptabilise 18 000 followers sur Instagram. 

Mais c’est grâce à cette vidéo en particulier qu’elle a gagné la compétition : 

Cette discipline est un mélange entre le skate board et les figures acrobatique. Elle trouve son origine en Californie depuis 2007. Le but est de danser sur une planche, une pratique très en vogue sur les promenades californiennes. Elle est arrivée en France en 2011 et s’est développée très rapidement. 

Marina Correia a trouvé le parfait équilibre pour danser sur sa planche, toujours bercée par ses musiques qui définissent son style dans la discipline. 

On laisse le corps s’exprimer,

Marina Correia

Cette sportive est née au Cap-Vert et est arrivée à ses 14 ans à Nice.

Trois ans plus tard, elle se lance dans la discipline, par curiosité. Passionnée par cette pratique, elle parle même de véritable « coup de foudre. » Aujourd’hui, elle ne sort quasiment jamais sans son fidèle allier : sa planche. 

Ça demande beaucoup de motivation et de la patience, y a des chutes… On se relève, on recommence… C’est un mode de vie !

Marina Correia

 

Bien plus qu’un sport, elle veut casser les clichés !

Marina Correia souhaite pouvoir permettre aux femmes noires de s’inspirer de son parcours. Elles sont en effet, peu représentées dans cette discipline. 

Critiquée à ce sujet, elle rétorque : « J’ai précisé « noire » dans mon message, car je voulais montrer que j’avais accompli quelque chose dans un milieu où les femmes noires ne sont pas représentées et pour dire aux petites filles qui veulent s’identifier à moi qu’elles peuvent le faire aussi ! » 

Elle veut casser les codes aussi. « Quand on parle longboard, on a souvent en tête le cliché de la belle blonde qui fait du surf, la Californienne sur une planche, mais on ne s’imaginera jamais une noire… »

« Cela change du football ou du tennis » 

Dans la rue, les Niçois la reconnaissent. Depuis son titre elle ne passe plus vraiment inaperçue.

« Ça change du football ou du tennis, ce n’est pas mal que ça se développe et que les gens commencent à connaître » affirme cette étudiante, qui s’est arrêtée afin d’immortaliser l’instant avec son idole. 

Depuis son titre, les Niçois s'arrêtent pour se prendre en selfie avec Marina.

Depuis son titre, les Niçois s’arrêtent pour se prendre en selfie avec Marina.

© Daniel Gerner FTV

En parallèle de son amour pour ce sport, la nouvelle championne du monde de longboard dancing, parle couramment cinq langues.

Même si pour le moment, pas question d’arrêter ses études de traduction, elle n’écarte pas l’idée de faire de sa passion son futur métier.





Source link

Autres articles

les Alpes-Maritimes sont dans le « rouge », Christian Estrosi interdit les locations saisonnières à Nice

adrien

des seringues « inadaptées » livrées au CHU de Nice

adrien

port du masque (ou pas) dans les centres commerciaux de la Côte d’Azur

adrien

Ateliers, spectacles, visites, découvertes… voici comment occuper les enfants pendant la Toussaint

adrien

« Demain au plus tard, plus aucune commune de la Métropole de Nice ne sera inaccessible par route » Christian Estrosi

adrien

Municipales 2020 : pour ou contre le second tour des élections dès juin, la question divise à Marseille

adrien