Nice

cette artiste de Nice s’est réinventée grâce au premier confinement


Masques de crocodile, de cheval ou encore de ski, pendant le premier confinement, la comédienne niçoise Emilie Pirdas, s’est réinventée sur les réseaux sociaux, avec ses créations. Chaque jour, un masque différent pour tenir le coup. Un an après, elle revient sur son nouveau quotidien d’artiste.   

Emilie Pirdas est comédienne et metteur en scène, elle est la tête de la compagnie un poisson en avril. Elle donne également des cours de théâtre aux enfants, notamment dans les centres aérés et les écoles des Alpes-Maritimes.

Pendant la crise, comme l’ensemble des professionnels du secteur artistique, son quotidien a été profondément bousculé.

Il y a un an, à l’annonce du premier confinement, elle a décidé au bout de quatre jours d’enfermement, de continuer à produire du spectacle vivant. Elle publie alors sur ses réseaux sociaux, à 20 heures, des vidéos dans lesquelles elle se met en scène avec des masques, créés par ses soins chaque jour.

Au total 54 masques confinés seront ainsi réalisés. 

Le masque éponge est un clin d'œil a la situation sanitaire : "il faut tout le temps tout nettoyer et désinfecter"

Le masque éponge est un clin d’œil a la situation sanitaire : « il faut tout le temps tout nettoyer et désinfecter »

© Emilie Pirdas

Comme la culture était morte, je me suis dis qu’elle se passerait dans mon salon 

Emilie Pirdas, comédienne

D’autres artistes se joint à elle, notamment pour la réalisation de certains effets sonores ou des objets de décor.

Emilie parle même : « d’une émergence de créations artistiques, assez magique. » Il y avait une véritable solidarité créative et moins de compétition. L’occasion également de rencontrer des artistes locaux. 

L’objectif premier, contrer la morosité de cette période et véhiculer des messages positifs. Le 8 avril 2020, elle nous offrait un aperçu de son travail :

Un quotidien bouleversé 

Quelques jours avant le confinement du mois de mars, Emilie Pirdas donnait son dernier spectacle avant l’ère coronavirus. L’arrivée de cette période d’enfermement, a été un véritable choc. 

Je me suis retrouvée à être mère, institutrice, cuisinière et ménagère durant toute cette période, ça a été brutal

Emilie Pirdas, comédienne

Elle reconnaît qu’il y a eu néanmoins des choses positives, un retour aux sources pour certains, à la nature pour d’autres ou encore, des élans créatifs la concernant. Néanmoins cette période qu’elle qualifie de « brutal », a profondément bousculé son quotidien d’artiste. 

Mais une occasion de se réinventer 

Depuis le confinement, Emilie ne s’arrête pas une seule seconde, elle enchaine les projets et les opportunités créatrices. Parfois aux côtés d’autres artistes : 

Violaine Darmon, violoniste à l'opéra de Nice, et la comédienne Emilie Pirdas ont réalisé un spectacle critique, intitulé "l'homme dans le cercle"

Violaine Darmon, violoniste à l’opéra de Nice, et la comédienne Emilie Pirdas ont réalisé un spectacle critique, intitulé « l’homme dans le cercle »

© Emilie Pirdas

Son idée de masques lui a ouvert de nouvelles portes, Emilie les utilisent pour des spectacles en plein air et pour ses interventions en milieu scolaire. 

Durant l’événement mon été à Nice, elle a notamment utilisé son personnage de la « mariée » pour faire une déambulation dans les rues. Plusieurs partenariats avec d’autres communes ont également eu lieu, dans le cadre des spectacles « covid compatibles. »

Ici, le personnage de la mariée : 

Un des 54 masques réalisés par l'artiste durant le premier confinement !

Un des 54 masques réalisés par l’artiste durant le premier confinement !

© Emilie Pirdas

Le Crous de Nice-Toulon, a également fait appel à l’artiste pour organiser des projets avec les étudiants du campus Valrose à Nice, afin de contrer la monotonie de ces confinés dans leurs 9m². 

J’ai remarqué que le port du masque a obligé nos sens à se réadapter. Les corps en théâtre transmettent beaucoup plus d’émotion par exemple, au final les sens se compensent. 

Emilie Pirdas

Une année riche en émotion : 

Autre nouveauté depuis ce confinement, l’utilisation du numérique pour certaines de ses prestations. 

Mais pour les artistes rien ne remplacera la scène… 

Humainement, ce qui l’a le plus troublée c’est :  » notre capacité à nous distancer rapidement, d’un côté nous sommes en colère de la situation, de l’autre nous nous adaptons », confie-t-elle.

Pas de spectacles jusqu’à nouvel ordre, ses dates ont toutes été reportées. Une situation inédite pour cette passionnée. 

Elle espère voir les salles rouvrir prochainement, car malgré les nouveaux challenge relevés cette année : « le spectacle vivant n’est vivant que lorsqu’il se joue sur scène et devant un public », conclue Emilie Pirdas. 





Source link

Autres articles

le premier yacht propulsé par hydrogène fait escale sur la Côte d’Azur, puis naviguera jusqu’à Monaco.

adrien

le commissaire qui a ordonné la charge mis en examen pour « complicité de violences »

adrien

à Nice, les étudiants affrontent avec difficulté le second confinement

adrien

Spectacle : sur les traces d’Icare dans le dédale contemporain

adrien

La métropole niçoise souhaite interrompre les liaisons de ferry entre Nice et la Corse

adrien

L’article à lire pour ne rien manquer des fêtes de Noël à Nice, Cannes, Menton… en ville ou en virtuel

adrien