Nice

ce qui va changer pour les supporters au stade de l’Allianz Riviera à Nice



Le président du club Jean-Pierre Rivère passe à l’acte avec un nouveau dispositif de sécurité pour prévenir tout débordement. Il n’y aura plus une seule bouteille d’eau dans le stade, des filets seront posés et des tribunes seront relevées. L’ actionnaire Ineos ne veut plus de violence.

Depuis quelques jours, la planète foot ne tourne plus rond. Les images de violences tournent en boucle depuis ce fameux match du 22 août à l’Allianz Riviera. Mais le président de l’OGC Nice, Jean-Pierre Rivère entend siffler la fin de la partie lors d’une conférence de presse où il est sorti de son long silence.

« Ce qui s’est passé, c’est inadmissible, intolérable », a expliqué Jean-Pierre Rivère, « en quelques secondes vous avez tout qui s’effondre. » Il veut « tirer un trait sur ce qui s’est passé, « faire en sorte que ça n’arrive plus jamais. »

Ne pas polémiquer davantage

Le club niçois n’était pas passé devant la commission de discipline depuis 7 ans. Le dirigeant du club salue un « travail en profondeur », « en-dehors des pressions » et ne souhaite pas faire appel pour ne pas polémiquer davantage. Les sanctions, il ne les remet pas en cause.

Voici le replay de la conférence de presse disponible sur YouTube : 

Pourtant, reconnaît Julien Fournier, directeur du football, ce point en moins au classement (et 1 de plus en sursis) est difficile à digérer « car il était acquis par l’équipe. » (…) « La sanction elle est lourde, elle est sévère. »

Le bilan de ce derby de la Méditerranée est accablant : des violences, un salut nazi pour lequel une plainte a été déposée, des supporters qui envahissent le terrain, des joueurs pris à partie.

Surtout, des équipes qui ne montrent pas le meilleur du sport. « Cette poignée d’individus a empêché tout le monde de vivre un beau match », martèle le président de l’OGC Nice.

Gobelets, filets et rangées surélevées

Après le constat, le président du club passe à l’acte avec un nouveau dispositif de sécurité pour prévenir tout risque de débordement à l’avenir. 

  • Il n’y aura plus une seule bouteille d’eau dans le stade, elles seront remplacées par des gobelets.
  • Pose de nouveaux filets – Paradoxe  de l’histoire : ces filets sont arrivés juste avant le match, mais pour des raisons techniques ils n’ont pas été posés tout de suite.
  • Il y aura un filet pour la tribune Ray
  • La rembarde sera couverte « pour éviter qu’il y ait des points d’appui »
  • Interdiction absolue de descendre des tribunes, car la tribune actuelle à 1 mètre du sol est facile à franchir. 
  • 3 à 4 rangées de fauteuil vont être retirées pour élever la tribune à 2,64 m du sol.
  • Les premières rangées du stade vont être condamnées pour que la première rangée soit surélevée à 1 mètre 10.

Prévenir toute tentative d’irruption 

Objectif : faire en sorte que l’accès à la pelouse du stade soit plus difficile, prévenir toute tentative d’irruption ou attroupement de supporters, et surtout, protéger les joueurs pendant les matches. Par exemple : quand Dolberg marque le but contre l’OM, il est embrassé par les supporters le 22 août : la direction du club ne veut plus de contact entre spectateurs et joueurs. 

« Evacuer ces images de nos têtes »

Après plusieurs jours de polémiques et de rebondissements, le président de l’OGC Nice Jean-Pierre Rivère souhaite « tourner la page » et retrouver le chemin du stade sereinement : « Le jour où on arrivera à évacuer ces images de nos têtes ce sera une bonne chose ».

Le président a une pensée pour l’actionnaire du club Ineos : « Je suis peiné que nos actionnaires aient pu voir ce spectacle ». Il concède : « On ne trouve jamais justes des sanctions qui peuvent avoir de lourdes sanctions sportives et financières »

« INEOS n’acceptera jamais un comportement violent »

En fin d’après-midi, l’actionnaire a réagi sur le compte Facebook du club dans un communiqué officiel : 

Quelques heures après la conférence de presse, Bob Ratcliffe, pdg d’INEOS Football s’exprime pour la première fois sur les violences, les sanctions et le partenariat avec le club niçois, via un communiqué : 

« Lorsque nous avons pris la décision d’acquérir l’OGC Nice, la passion de ses supporters a été un élément essentiel de notre reflexion. Nous aimons voir dans le stade cette passion pour notre équipe. Mais la sécurité des supporters, des familles, des enfants et des joueurs est tout aussi essentielle pour INEOS. Le 22 août, nous avons dépassé une limite qui ne doit plus jamais être franchie. (…) Nous acceptons notre sanction car nous la considérons juste compte tenu des circonstances. INEOS croit en un fort esprit de compétition, en la passion tant sur le terrain que dans les tribunes, mais n’acceptera jamais un comportement violent ou menaçant. » 

Toute l’équipe veut maintenant parler du nouvel attaquant recruté par le club, Andy Delort, totalement éclipsé par ces péripéties. L’occasion de reparler du ballon rond. Et de rien d’autre.





Source link

Autres articles

l’ex-épouse d’un oligarque russe porte plainte pour avoir été expulsée de sa villa par une trentaine d’individus

adrien

Le déménagement du MIN à la Gaude retardé par un recours devant le tribunal administratif

adrien

Spectacle : sur les traces d’Icare dans le dédale contemporain

adrien

l’ancien Couvent de la Visitation pourra devenir un hôtel 5 étoiles, Christian Estrosi se réjouit

adrien

des cellules d’écoute permettent de libérer la parole

adrien

Le Théâtre national de Nice participe au mouvement d’occupation des lieux culturels

adrien