Nice

Après la polémique suscitée par le concert de The Avener, où en est l’épidémie de coronavirus dans les Alpes-Maritimes

Après la polémique suscitée par le concert de The Avener, où en est l’épidémie de coronavirus dans les Alpes-Maritimes
3.1 (62.86%) 7 vote[s]



Alors qu’une partie des personnes rassemblées samedi soir à Nice, lors d’un concert en plein air, n’ont pas respecté les gestes barrières, certains s’inquiètent d’une possible recrudesence de l’épidémie de coronavirus Covid-19 dans les Alpes-Maritimes. Aujourd’hui, les indicateurs sont au vert.

Nice, futur cluster de la Covid-19 ? La promiscuité et l’absence de gestes barrières lors du concert de The Avener, organisé samedi soir sur le quai des Etats-Unis à Nice, a suscité une polémique nationale et relancé les inquiétudes chez certains Azuréens…

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déjà annoncé qu’il veut rendre obligatoire le port du masque lors de tous les événements organisés dans la commune, y compris en plein air.

 

Une situation qui intervient dans un contexte particulier : selon les dernières données publiées par Santé Publique France, « la tendance [est] à l’augmentation de la circulation du virus en France métropolitaine », et les Alpes-Maritimes n’y font pas exception.

On fait le point sur la situation épidémique dans les Alpes-Maritimes et en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Un taux de reproduction du virus dans le top 3

Ce taux indique le nombre moyen de personnes infectées par un cas : au-delà de 1, l’épidémie progresse, en dessous elle régresse. Il est calculé à partir des résultats des tests PCR positifs

En région Paca, durant la semaine du 28 juin au 4 juillet, ce chiffre atteint 1,24. C’est l’une des trois de France métropolitaine où la reproduction du virus est « significativement » supérieure à 1 (la moyenne nationale s’élève à 1,05).

« Ces estimations peuvent cependant être influencées par l’activité de diagnostic et les actions locales de dépistage » précise Santé Publique France. Le nombre de dépistages réalisés dans les Alpes-Maritimes, et plus encore dans les Bouches-du-Rhône, est élevé.

 

Taux d’incidence dans la moyenne

Ce taux indique le nombre de nouveaux cas rapportés à la population. Il était de 5,6 pour 100.000 habitants au niveau national la semaine du 28 juin au 4 juillet.

Les Alpes-Maritimes, comme l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, affichent un taux inférieur à 10. La région n’est pas considérée comme « vulnérable » au regard de la circulation du virus.

Aucun cluster avant le 8 juillet

Toujours selon le dernier « point épidémiologique » publié par Santé Publique France, les Alpes-Maritimes ne comptaient auun cluster avant le 8 juillet. L’agence nationale de santé publique en dénombrait un seul dans le Var et quatre dans les Bouches-du-Rhône.

La mortalité reste inférieure à la moyenne

Selon les dernières statistiques de l’Insee (qui concernent la période du 1er mai au 15 juin), le nombre de décès, toutes causes confondues, dans les Alpes-Maritimes est inférieur de 3,4% à ceux survenus durant la même période en 2019.

Dans le Var, c’est même 5,8% de moins que l’an passé. Ce taux est en revanche supérieur de 5,6% à l’année précédente dans les Bouches-du-Rhône.

Le nombre de décès avait connu un pic à plus 10% à la fin du mois de mars, avant de progressivement revenir à la normale, et même sous la normale depuis plusieurs semaines.

 





Source link

Autres articles

« Bref, le port du masque ne sert absolument à rien » Une conseillère municipale suscite la polémique à Nice

adrien

De Nice à Saint-Raphaël, l’aide aux sans-abris pendant le confinement et avant l’hiver s’organise

adrien

l’appel de Christian Estrosi, « Pourquoi, je ne peux pas fermer des lieux de radicalisation ? »

adrien

Nice Madeleine Supérieure Jardin verdoyant

administrateur

Le village de Belvédère entrera bientôt dans l’ère de la 4G

adrien

enjeux et forces en présence dans les Alpes-Maritimes

adrien