Nice

A Nice, ces fans de foot créent une application pour faire crier les supporters privés de stade

Notez cet article



Youklap, c’est le nom de l’application lancée par deux Niçois. L’idée, encourager son équipe de foot favorite à distance grâce à l’enregistrement sonore et savoir enfin, quel club est le plus populaire.

A l’heure où les stades sont désertés par leurs supporters, deux Niçois lancent une application qui promet de révolutionner la compétition entre les clubs. 

Crier, applaudir, siffler pour son club

Le principe ? A celui qui criera le plus fort. Grâce à une moyenne de décibels émis par votre téléphone.

Concrètement, c’est une application qui permet à n’importe quel supporter de se mesurer à ses rivaux à travers la récupération de décibels.

Yanis Rabehi, co-fondateur Youklap

Un véritable défi technique pour les jeunes entrepreneurs. « On a essayé d’être innovants en utilisant le micro du téléphone que tout le monde a avec soi. L’enjeu, c’est de récupérer toutes les secondes des décibels, il faut avoir un code solide pour supporter tout ça ! » Explique Yanis Rabehi.

Des supporters en mal de stade

Si les compétitions sportives ont repris, carton rouge pour les supporters, qui n’ont toujours pas regagné les tribunes. « On a remarqué que les supporters -nous y compris- étaient tristes de ne plus aller au stade. L’ambiance nous manque ! Notre cible, c’est le fan, on veut lui proposer de garder le lien avec le club qui le fait vibrer ». 

Le 15 mars dernier, à Lorient, il n’y avait aucun supporter pour applaudir Myziane Maolida, attaquant de l’OGC Nice lors de son but :

L’idée avait germé déjà avant la covid dans la tête des co-fondateurs. Yanis Rabehi et Simon Pagani ont fait leurs armes ensemble dans une agence de communication digitale niçoise. « A la fin du premier confinement, j’ai quitté mon poste pour être consultant indépendant et rejoindre Yanis » confie Simon Pagani.

Avec la fermeture des tribunes, pour nous c’était une évidence. L’idée de l’application s’est transformée en solution pour que les fans puissent continuer d’encourager leur équipe. Et surtout, on voulait gommer les frustrations pour savoir quel est le club le plus populaire. 

Simon Pagani, co-fondateur Youklap

Une quête de sens

A 30 ans, Yanis Rabehi a déjà une expérience solide dans le milieu de l’analyse de données. « Après quatre ans chez Orange et quatre autres années à développer des données pour des grands groupes du Cac 40 dans une agence de communication niçoise, j’avais envie de me rapprocher de l’utilisateur. L’idée était de ne plus travailler pour une marque et trouver une manière d’utiliser les données sonores pour donner de la joie aux gens » explique-t-il.

Une quête de sens dans le travail des deux amis rendue possible grâce au terroir innovant de la Côte d’Azur. « On a rien à envier sur le territoire niçois, il y a des entreprises innovantes notamment sur le sport, c’est assez stimulant, c’est un atout. On n’est pas obligé d’être à Paris pour avoir des talents, on a pu trouver des compétences en local pour notre projet » poursuit le jeune Niçois.

Bientôt la ligue 1 

Droit au but dans quelques mois… L’application est aujourd’hui télécheargable dans une première version sur IOS et Androïd. « L’idée, c’est récolter un maximum d’améliorations pour être prêts pour la ligue 1 mi-août, ensuite on aimerait la développer pour le rugby et le Top 14, et pourquoi pas d’autres sports » espère Yanis Rabehi.

On est qu’au début, mais on est super excités de pouvoir apporter un service qui a de la valeur pour les gens et voir l’accueil des supporters. Même si, il y a de l’anxiété c’est sûr !

Yanis Rabehi, fondateur de Youklap.

Le retour dans les stades ? Les deux fondateurs y réfléchissent avec l’idée d’utiliser leur application directement dans les tribunes, les chants des supporters risqueront alors de monter encore de quelques décibels. 





Source link

Autres articles

l’appel de Christian Estrosi, « Pourquoi, je ne peux pas fermer des lieux de radicalisation ? »

adrien

Ateliers, spectacles, visites, découvertes… voici comment occuper les enfants pendant la Toussaint

adrien

port du masque (ou pas) dans les centres commerciaux de la Côte d’Azur

adrien

confinée mais pas fermée… explications

adrien

« 80% des déchets finissent dans la mer »

adrien

à 94 ans, l’ancien coureur Vincent Vitetta attend avec impatience le grand départ à Nice

adrien